Imprimer
Twitter

Tribunes politiques

"En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion."

Le contenu des tribunes relève de la seule responsabilité de chaque groupe politique.


Vers un monde d'après plus cruel ?

Tribune de septembre 2020

2020 est sans nul doute l’année qui marquera l’Histoire de l’Humanité. La période de confinement a été un véritable révélateur. Elle a permis de montrer à tous que ceux qui comptent le plus (les services publics, les petits commerçants...) sont en réalité ceux dans notre société qui sont le moins reconnus. Elle a aussi permis de montrer à quel point l’écologie devait être au cœur des préoccupations publiques.
Pourtant, malgré les promesses de notre Président de la République, la rentrée sociale s’annonce difficile : les moyens affectés par l’Éducation Nationale restent limités, les plans de licenciement se succèdent jetant ainsi des milliers de familles dans la précarité... Le capitalisme sauvage reprend peu à peu ses droits alors que durant la crise les inégalités entre les riches et les pauvres se sont accrues.
À Limay, nous continuerons à œuvrer pour plus de justice sociale, notre mutuelle solidaire ouverte à tous les Limayens fête sa première année, et nous renforçons l’accompagnement social des familles en difficulté. Enfin la transition écologique constitue un enjeu majeur pour lutter contre le réchauffement climatique. Nous poursuivrons nos efforts récemment reconnus par le label Territoire engagé pour la nature avec notamment la plantation de nombreux arbres, et la végétalisation de la cour d’école F. Buisson. À l’échelle de notre commune et en matière environnementale, il n’y a pas de petits gestes si nous sommes 17 000 à les faire.
 

Éric Roulot, Djamel Nedjar,
Ghyslaine Mackowiak, Denis Bouré,
Élisabeth Gomez, Alain Florin,
Rhyslène El Manani, Mohamed Dadda,
Rachida El Hajoui, Yaya Ba,
Ghislane Tizniti, Gérard Prod’homme,
Muriel Dangerville, Alexis Olivier,
Isabelle Boulet, Jean-Marc Rubany,
Martine Le Roux, Jean-Claude Poëssel,
Rojin Cetinkaya, Samir Meniri,
Sofia Nazef, Gaston Nitou Samba,
Aïcha Diallo, Nicole Bock
LE GROUPE DE LA MAJORITÉ
COMMUNISTE ET SOCIÉTÉ CIVILE

Les finances de la ville dans le rouge

Tribune de septembre 2020

Le budget 2020 présenté en juillet par la majorité est dans la lignée des précédents : des dépenses de fonctionnement qui augmentent et qui sont largement supérieures aux villes de la même taille – et toujours des besoins non satisfaits -, des dépenses d’investissement très inférieures aux dépenses de ces mêmes villes. Non seulement la ville investit peu, mais elle ne sollicite pas ses partenaires car le taux de subvention est de seulement 6 %. La gestion de la ville se dégrade année après année, la dette augmente et les intérêts de la dette ne peuvent plus être payés par l’autofinancement (différence entre les recettes et les dépenses de fonctionnement) de la commune.
La capacité de désendettement de la ville est de 18 ans, dépassant le seuil d’alerte fixé à 12 ans !
La situation s’est vraiment dégradée depuis 2017 quand l’autofinancement est devenu négatif pour atteindre -340 000 € en 2019.
Sans augmentation de la fiscalité ou réduction des dépenses, comme le préconise la direction des impôts, la ville risque la mise sous tutelle. Compte tenu de toutes les promesses du maire, du personnel embauché depuis le début de l’année et des besoins de Limay, le maire se trouve dans une impasse.
La gestion communiste c’est plus de dépenses de personnel, plus de dépenses de fonctionnement, moins de dépenses d’équipement, une dette qui augmente avec des impôts qui vont nécessairement augmenter. Avez-vous voté pour ce programme ?

Cécile Dumoulin, Jean-Luc Maisonneuve,
Aminata Diallo, Sébastien Duprat,
Emily LeLepvrier,
LIMAY DEMAIN 2020

Nouvelle rentrée dans un contexte bien particulier

Tribune de septembre 2020

Avec la crise sanitaire, la population souffre de plus en plus et les agents du service public ne sont pas épargnés. Les élèves de Limay ont retrouvé le chemin de l’école dans ce contexte de rentrée particulière.
Bien que l’équipe municipale ait fait campagne sur la priorité à l’éducation et à la jeunesse, peu d’enfants et de jeunes ont été concernés par les animations cet été. Il y a eu à cette rentrée scolaire, 3 ouvertures de classes élémentaires, 2 en maternelle et une fermeture au Bois aux moines élémentaire. Mais dans quelles conditions matérielles et humaines ont eu lieu ces créations ? Pose d’algecos, suppression des bibliothèques, divisions de salles... Pour exemple, à Maria Montessori, un demi-poste d’Atsem a été supprimé malgré une classe supplémentaire.
Sur plusieurs écoles, le problème des locaux est criant : difficultés pour accueillir tous les enfants de petite section au dortoir, manque de locaux pour la garderie, etc.
Dans ce contexte de rentrée anxiogène pour les enfants et les familles, il était indispensable que les moyens matériels et humains soient au rendez-vous.
Plus que des promesses de campagne, nous demandons du concret pour l’éducation et la jeunesse qui doivent être LA priorité. Nous serons vigilants à ce que l’engagement de l’équipe actuelle d’une Atsem par classe soit respecté sur le mandat. Nous aurions souhaité qu’il s’applique immédiatement pour les écoles les plus en difficultés.

Mickaël Boutry, Servane Saint-Amaux,
François Maillard, Josiane Samba,
UN NOUVEAU SOUFFLE POUR LIMAY