Retrouvez aussi...

    Imprimer
    Twitter

    Tribunes politiques

    "En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion."

    Le contenu des tribunes relève de la seule responsabilité de chaque groupe politique.


    Des actes et moins de bla bla !

    Tribune de octobre 2019

    La population souffre et les agents des services publics sont abandonnés : les hospitaliers n’en peuvent plus, les pompiers sont à bout, les cheminots voient leur sécurité et celle des voyageurs se dégrader, les enseignants n’arrivent plus à assurer leur mission.
    Le droit de retrait, la grève mais aussi l’irréparable, comme cette directrice du 93, sont autant de signaux pour alerter la population. Le service public est mis à mal comme jamais. Pourtant, c’est bien l’équité pour la population et l’avenir de notre jeunesse qui sont en jeu.
    A Limay, le Maire fait voter des motions pour soutenir ce juste combat, mais agit de manière contraire : l’école M. Quettier n’a qu’une directrice là où la municipalité aurait pu en demander 2 (1 en maternelle, 1 en élémentaire), les crédits ne sont plus doublés lors d’ouvertures de classe et le budget a été diminué de 2€ par enfant. Des départs en retraite d’assistantes maternelles non renouvelés alors que les parents ont besoin de moyens de garde. A la restauration, un poste est comblé par un contractuel plutôt qu’un titulaire.
    Ceux qui pensent que l’on peut, sans mettre en danger la santé des agents, rendre un même niveau de services municipaux en diminuant le nombre de fonctionnaires ou la masse salariale se trompent. Sauf s’ils envisagent de mettre fin à certaines régies !
    Pour que les valeurs qui prévalent depuis des décennies à Limay soient défendues, il va donc falloir des actes plus que de belles paroles !

    François Maillard, Servane Saint-Amaux,
    Mickael Boutry, Nicole Cordier,
    Catherine Couturier, Jacques Saint-Amaux (Maire Honoraire-Ancien Conseiller Général)
    Élus à l’Écoute des Limayens pour plus de Solidarité et d’Égalité (EELSE)


    Un suspens insoutenable !!!

    Tribune d'octobre 2019

    Après avoir tergiversé tout l’été, M. Roulot s’est déclaré sans surprise candidat en 2020. C’est vrai que son bilan est si bon qu’il veut continuer à aggraver la situation de Limay.

    Exemples :

    Les dépenses de fonctionnement dont 70% pour le personnel (la moyenne des villes équivalentes est de 50%) empêchent d’investir sans emprunter.

    Limay est sale. La comparaison avec Mantes est saisissante. Les ASVP verbalisent en zone bleue, ce qui est normal. Les stationnements anarchiques sont une plaie pour les riverains. Mais ils ne verbalisent pas quand un dépôt de gravas est effectué rue des Pavillons, mais le font juste enlevé.

    La sécurité inquiète les Limayens. Rien n’a été fait contre la drogue rue des Coutures . Le CLSPD où sont coordonnées les actions de l’Etat, de la ville et des HLM doit se tenir tous les ans. A Limay, il n’y en a pas eu entre 2015 et 2018. C’est dire que la sécurité comme la propreté de Limay intéressent peu un maire, qui n’y habite pas.

    Après sept ans à la tête de la commune, M Roulot se déclare à l’écoute des électeurs Il fait des « rencontres » où les communistes sont plus nombreux que les habitants, sans résultat probant. A l’inverse du travail effectué par Limay Demain, ateliers thématiques et réunion publique à laquelle ont assisté plus de 80 personnes, par exemple.

    Un élu est au service de sa collectivité et de ses membres et non de lui-même ou de son parti ? Les faits montrent que ce n’est pas le cas.

     

    Pierre-Yves Challande, Jean-Luc Maisonneuve,
    José De Oliveira, Thérèse Doré.
    Agir pour Limay


    Une passerelle pour Limay ?

    Tribune de octobre 2019

    Les nouveaux équipements sont suffisamment rares dans la région pour que nous ne passions pas sous silence la nouvelle passerelle inaugurée fin septembre. Fallait-il construire un tel équipement alors que par ailleurs nous manquons de fonds pour restaurer notre patrimoine ? Toujours est-il  qu’il est bien agréable de traverser la Seine à l’écart des voitures et, par beau temps, y faire une pause sans pour autant bloquer le passage des autres usagers.  Ceci dit, la passerelle a été livrée sans « mode d’emploi » et cela pose quelques problèmes : certains pensent qu’elle est exclusivement réservée aux piétons et invectivent les cyclistes, d’autres que les piétons doivent emprunter une voie et les cyclistes une autre, mais laquelle ? La liaison douce ne l’est pas toujours ! Enfin, les Limayen·nes attendent la fin du projet, à savoir la continuation de la passerelle par le vieux pont, suite sans laquelle la passerelle perdrait tout son sens. Or, peu de communication à ce propos : beaucoup ont cru que la fin des travaux annoncée  sur les panneaux pour 2020 concernait la partie Limay, mais il s’agit des aménagements des talus côté Mantes-la-Jolie. La poursuite du projet par le vieux pont nécessite la restauration des piles de celui-ci avant que l’on ne pose une passerelle dessus, ce qui veut dire un budget conséquent. Espérons que malgré cela le projet se réalise, cela fait longtemps qu’à Limay on souhaite pouvoir réemprunter le pont de Corot.

    Tristan Brams, Pascale Sibaud,
    Construisons Limay autrement


    De l’urgence environnementale et sociale…

    Tribune de juillet 2019

    Le 29 juillet 2019 représente en France le jour du dépassement de la Terre, c’est la date de l’année, où les ressources, que la planète est capable de régénérer en un an, sont consommées par l’humanité. Cette date avance chaque année et montre l’urgence à changer de paradigme et à dépasser ce verni écologique qui accompagne toutes les politiques libérales de notre gouvernement. La ratification du CETA, la privatisation des aéroports ADP (www.referendum.interieur.gouv) en sont la parfaite illustration. Les conséquences du capitalisme sauvage sur le dérèglement climatique ne cessent de s’aggraver.

    Le thermomètre des inégalités sociales monte aussi, et les réformes de l’assurance chômage et des retraites frapperont les populations les plus fragiles. Aucun enseignement n’a été tiré de la crise des Gilets Jaunes par le gouvernement.

    Dans ce contexte, malgré une opposition municipale qui s’enlise dans des querelles de cours d’école, le groupe de la majorité agit. La végétalisation de nos projets urbains, le renforcement important des lignes de bus, la gratuité de 40% du prix de l’eau, la Fête de la Fraternité, les vacances solidaires et maintenant la mutuelle pour tous sont autant d’actions qui incarnent parfaitement l’état d’esprit limayen, fier de son histoire et confiant en l’avenir de Limay, ville multiculturelle et solidaire. Vous pouvez compter sur les élus de la majorité pour poursuivre le travail avec vous. Bonne rentrée !!!

    Éric Roulot, Dominique Bouré,
    Nicole Bock, Djamel Nedjar,
    Boniface Mpunga, Julien Rouzière,
    Catherine Martinez, Denis Bouré,
    Ghyslaine Mackowiak, Muriel Dangerville,
    Betty Tifi Mambi, Gérard Prod’homme,
    Caroline Mordelet, Jean-Marc Rubany,
    Stephen Gapteau, Martine Le Roux,
    Daniel Jumel, Viviane Thiboust,
    Yaya Ba, Christophe Carneaux,
    Le Groupe de la Majorité Communiste et Société Civile