Vie municipale

Tribunes politiques

Le contenu des tribunes relève de la seule responsabilité de chaque groupe politique.

Education et culture

Nelson Mandela a écrit :  L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde .On peut ajouter que la culture est son pendant indispensable.

Le rôle primordial de l’école, pour chaque citoyen, lui permet de participer à la vie de son entourage, pour comprendre, s’émanciper. Mais la culture a été, et est encore, trop oubliée, un peu partout dans le monde.

A Limay, cette année, dédiée à la culture,  a été particulièrement riche en actions diverses entre la ville et les établissements scolaires. Notre volonté d’accessibilité de la culture pour tous a porté de beaux fruits ! Nous avons travaillé en collaboration avec  l’Education Nationale, depuis la maternelle (premier prix d’un concours départemental au Bois aux Moines) jusqu’ au Lycée.

Les élèves de Terminale GA recevront ces jours-ci la médaille de la citoyenneté de la ville, et une autre de l’État. Cela pour leur magnifique travail, avec notre service prévention, pour créer et  jouer  « Un vent contraire », du théâtre contre la radicalisation.

D’autres élèves ont appris, gratuitement, le chant lyrique pendant un an pour donner un bel opéra.

Des élèves de primaires et du lycée ont fait un travail plus historique, et seront honorés le 23 juin au Conseil Départemental.

Il y a aussi la sortie prochaine du livre « Mémoires en partage », étroite et amicale collaboration entre des enfants et des seniors, sur leur vision de Limay pendant leurs enfances respectives.

Il reste tant à citer ! Félicitations à tous les élèves et enseignants qui ont porté ou participé à tant de projets !

 

Le Groupe de la Majorité : Communistes et société civile

 


Défendre les services publics

Depuis le début du mandat, Limay a commencé une douloureuse mutation : passer des années d'abondance de l'argent public à celles de la responsabilité dans l'utilisation de notre argent, celui de nos impôts.

Ce fut d'abord l'augmentation considérable des taux d'imposition décidée en début de mandat afin de compenser une baisse limitée des dotations publiques. Mauvaise décision.

Puis, sous la pression de la poursuite de la baisse des dotations, la municipalité s'est engagée dans un effort de rationalisation des dépenses publiques. C'est du moins ce qu'elle prétend.

Pour aller au delà des discours, il faut maintenant se donner les moyens de mesurer les efforts réalisés.

Si l'on prend l'exemple des activités mises en place pour accompagner la réforme des rythmes scolaires, cela signifie, par exemple :

- faire évaluer la satisfaction des usagers (enfants et parents),

- faire évaluer la qualité des activités proposées par des "experts" indépendants (enseignants...),

- mettre en place des critères de qualité internes (information des parents, ponctualité...),

- définir un programme d'amélioration (impact sur l’environnement, formation…),

- publier ces indicateurs périodiquement avec des informations sur l'organisation du service, les objectifs de la municipalité et le coût du service.

Cela peut sembler ambitieux mais nos enfants le méritent.

Les salarié-e-s de la ville aussi, qui doivent pouvoir être fier-e-s du travail accompli.

Et au delà de cet exemple la confiance de nos concitoyen-ne-s dans la qualité de nos services publics en dépend. Cette qualité ne se décrète pas d’en haut, Monsieur le Maire, elle se prouve.

Tristan Brams, Pascale Sibaud

Construisons Limay Autrement


Ah, les promesses !!!

Elles ont fleuri au printemps, pendant les campagnes électorales des présidentielles et des législatives. On a maintenant une « nouvelle » majorité ni de droite ni de gauche, tout devait changer, en mieux sous-entendu, comme avec l’arrivée de la communauté d’agglomération « Grand Paris Seine et Oise », où là aussi la gauche (Monsieur Roulot) s’est fait élire sur une liste de droite.

A l’automne, les fruits sont mûrs. Ils sont bien amers. Les impôts locaux continuent de se situer à un niveau élevé, ceux de l’intercommunalité augmentent (il devait y avoir une économie d’échelle, on la cherche encore). Ne parlons pas du département. Quand à l’Etat, les hausses s’empilent après celles des deux quinquennats précédents, qui avaient battu des records en matière de prélèvements. La France fait partie des pays les plus rapaces en ce domaine

Par contre, les économies, ce sera pour plus tard, aux calendes grecques, c’est-à-dire jamais. N’est-ce pas Monsieur le Maire, il ne faut pas annoncer un gel des impôts (après une forte hausse) quand les bases augmentent et donc les sommes à payer.

Mais la réduction du service à la population, cela, c’est déjà fait. Les rues sont sales, les herbes poussent sur les trottoirs, l’éclairage urbain soufre de nombreux incidents, lampes hors d’usage, zones sans lumière, les chaussées ne sont plus réparées mais seulement rustinnées... Par contre les radars sont sans cesse plus nombreux et placés dans des endroits vicieux, pour rapporter un max. La sécurité, on verra plus tard.

Ni de droite ni de gauche, on ne sait pas vraiment ce que cela signifie. Mais ils sont tous d’accord pour taper sur les contribuables, surtout s’ils font partie des classes moyennes, de ceux qui, bien que moins nombreux, font avancer le pays. Ni de droite, ni de gauche, juste cyniques, comme le dit Monsieur Macron. Merci de le reconnaître. Mais ne vous demandez pas pourquoi les Français ne supportent plus la majorité des élus sortants et préfèrent, quelques soient les risques, élire des inconnus. Eux, ils n’ont pas encore renoncé à leur promesse. Mais cela vient vite.

Pierre-Yves Challande, Jean-Luc Maisonneuve, José de Oliveira, Thérèse Doré

Agir pour Limay

 


Une rentrée sociale et culturelle mouvementée !!!!

 

Après la loi El Khomri, le président Macron détruit le code du travail par ordonnances, sans débat parlementaire ni négociation avec les syndicats : un véritable coup d’Etat social !

Il ose : baisse des APL, augmentation de la CSG y compris pour les retraités les plus modestes, 13 milliards de moins pour les collectivités, 120 000 postes supprimés dans les services publics. Le gouvernement attaque les classes moyennes et populaires.  De nombreux Limayens vont se retrouver dans une situation encore plus précarisée. A contrario, les plus riches sont protégés : réforme de l’ISF et rien contre les 80 milliards d’évasion fiscale !

Les élections présidentielles et législatives de 2017, ont bouleversé les lignes et les vieux appareils politiques. Les citoyens n’ont plus de repères politiques. C’est un peu normal ! Comment comprendre par exemple qu’à la communauté urbaine, notamment dans le groupe « Démocratie et solidarité » auquel appartiennent les élus de la majorité de Limay, certains ont appelé à voter Macron au premier tour de la présidentielle. Ou encore pour les sénatoriales de septembre, des élus de la majorité Limayenne étaient candidats sur des listes différentes ayant des visions opposées sur l’austérité ?

La culture est en grand danger. Après le département, la ville de Mantes La Jolie a décidé de supprimer sa subvention au CAC G. Brassens. Ce serait la mort de ce lieu culturel très apprécié depuis 70 ans sur le Mantois. Notre groupe s’insurge contre ces attaques et participe à toutes les initiatives pour le défendre. Il ne suffit pas de déclarer que 2017 est l’année de la culture à Limay si dans la ville d’à côté nous laissons mourir les lieux culturels. Il faut agir concrètement, c’est ce que nous faisons !

Il est temps de redonner des valeurs et de la cohérence au débat politique et aux actes !


François Maillard, Servane Saint-amaux, Mickael Boutry, Nicole Cordier
Catherine Couturier, Jacques Saint-amaux  (Maire Honoraire-Ancien Conseiller Général)

 

 

Elus à l’Ecoute des Limayens pour plus d'Egalité et de Solidarité

facebooktwitterenvoyer par mailimprimer